Ipso Facto | Daniela Peloso
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
16111
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16111,page-child,parent-pageid-15922,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Daniela Peloso

> Associée d’Ipso Facto
> Responsable du pôle Technologie 3D
> Archéologue
> Spécialiste en numérisation et modélisation 3D

Titulaire d’un Doctorat en Sciences et Technologies (Université d’Urbino, Italie) et d’un Master Recherche en Archéologie (Université de Vérone, Italie), Daniela Peloso a fait partie d’une équipe de l’Institut pour les technologies appliquées au patrimoine culturel (ITABC) du Conseil National de Recherches (CNR) de Rome.

Au sein de ce laboratoire de recherche, entre 2002 et 2007, elle a approfondi ses connaissances scientifiques en géomatique et en topographie et a participé à des projets internationaux comme le MURST-MAE « archéologie des colonies de l’époque Ayyoubide en Transjordanie » de l’Université de Florence et le « réseau hydrologique antique de Petra, étude pour la conservation et la restauration du patrimoine architectural » de l’Université d’Urbino.
Depuis 2007, notamment dans le cadre de son doctorat, elle a orienté son travail vers l’utilisation de scanners laser 3D et de techniques de photogrammétrie en archéologie et elle a participé à plusieurs chantiers de relevé archéologique. Elle a pu accroître son expérience dans ce domaine en France au sein de l’équipe « Image & Modèles » (I&M) du Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes du CNRS de Marseille (LSIS UMR CNRS 7296) où elle a occupé un poste d’ingénieur de recherche entre 2012 et 2014 dans le cadre du projet ROV3D pour l’archéologie sous-marine.
Ses compétences relèvent des trois aspects constitutifs de la géomatique, à savoir la collecte (topographie, GPS, station totale topographique, scanners laser 3D, photogrammétrie), le traitement (relevés géométriques, topologiques, bases de données spatiales, modélisation 3D, SIG 2D et 3D) et la diffusion (mise à disposition de SIG, cartographies thématiques, visualisation virtuelle de scènes 3D) de données, ceci dans des contextes très différents (archéologie terrestre et sous-marine, étude du territoire).
Ses problématiques de recherche sont liées à la modélisation 3D du mobilier archéologique et à la visualisation virtuelle afin de permettre l’accessibilité des collections méconnues, de favoriser leur compréhension historique, technique et artistique et de mettre en évidence des relations entre pièces ou documents significatifs, ainsi que d’éventuelles contextualisations spatio-temporelles.
Depuis 2015, Daniela Peloso travaille au sein d’Ipso Facto dont elle est responsable du pôle 3D. Elle conduit des projets dans le domaine de la photogrammétrie sous-marine pour le relevé des épaves, en eaux profondes particulièrement. Elle est chargée actuellement, par le Drassm, de la modélisation du Danton, épave de cuirassé français coulé en 1917 au sud de la Sardaigne dont l’objectif est la reproduction tridimensionnelle pour la valorisation et la médiation culturelle destinées au grand public.
Par ailleurs, elle mène la réalisation d’orthophotos et de modèles 3D, comme ceux de l’épave de Paragan (Bonifacio, Corse) depuis 2016, au cours des fouilles archéologiques de l’université d’Aix-Marseille (Master MoMArch), dans le but de soutenir les recherches scientifiques et de favoriser les études d’architecture navale.
Lors de plusieurs projets, elle apporte aussi ses compétences en matière de développement de bases de données et de systèmes d’information géographique. Elle a mis en œuvre un protocole de suivi de conservation-restauration du chaland gallo-romain Arles-Rhône 3 pour le Musée départemental Arles Antique ayant pour objectif de développer un dispositif adapté de suivi de l’état de conservation et des déformations du chaland comme un outil applicable par tous les conservateurs des musées et les archéologues qui en identifient le besoin.