Ipso Facto | Hélène Botcazou
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
17121
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17121,page-child,parent-pageid-15922,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-9.4,qode-theme-ver-13.3,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Hélène Botcazou

> Salariée d’Ipso Facto
> Archéologue
> Spécialiste en architecture navale médiévale et moderne
> Plongeuse professionnelle Classe I B

Hélène Botcazou est titulaire d’une double licence d’histoire et d’archéologie (Université de Rennes II) et du Master Of Maritime and coastal ARCHaeology – MOMARCH (amid*ex, Aix-Marseille Université). Plongeuse professionnelle classée IB, elle s’intéresse, depuis le début de sa formation universitaire, mais aussi au sein du milieu professionnel de la grande plaisance, à l’architecture navale des bateaux traditionnels et, en particulier, aux épaves, véritable conservatoire des techniques et des pratiques des anciennes sociétés maritimes.

Son expérience de terrain se définit par la participation à des opérations de recherche archéologique programmées en contextes terrestres et immergés sur des sites diversifiés : villas gallo-romaines, fortifications et habitats médiévaux en contextes urbain et rural ; structures et dépotoirs portuaires maritimes antiques, épaves maritimes et fluviales médiévales et modernes. Depuis 2015, Hélène Botcazou a eu l’occasion de fouiller deux épaves modernes fluviales en Somme et en Canche sous la direction d’Éric Rieth (Lamop, CNRS-UMR8589). Elle a pu aussi se confronter à la spécificité de la fouille d’estran à l’occasion de celle de l’épave moderne d’Erquy-les-Hôpitaux dirigée par Olivia Hulot et Marine Jaouen (Drassm-MCC) ainsi que de la fouille en milieu maritime avec celle de l’épave moderne de l’anse de Paragan dirigée par Franca Cibecchini (Drassm-MCC).
Jeune recrue chez Ipso Facto depuis 2017, dans le cadre d’une thèse CIFRE en partenariat avec le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M-CNRS-UMR7298) et le Laboratoire de Mediévistique Occidentale de Paris (Lamop, CNRS-UMR8589), elle entame à cette occasion un doctorat sur le thème de l’architecture navale des bateaux de cabotage du littoral corse.
Ses problématiques de recherche se rapportent à l’histoire des techniques et à la culture matérielle liées à la navigation au sein des sociétés médiévales et modernes de la Méditerranée. Son mémoire de master sur l’étude architecturale et fonctionnelle du « mourre de pouarc », un bateau de pêche côtière utilisé entre le XVIIIe et le XXe siècles sur les côtes de Provence et du Languedoc, l’a amené à travailler sur l’ethnohistoire navale par le biais de sources diversifiées (archivistiques, iconographiques, ethnographiques, archéologiques).
Hélène Botcazou s’attache à conduire ses travaux d’étude sur le mobilier archéologique depuis la phase de terrain jusqu’à l’analyse et la publication de ses résultats. Elle travaille actuellement à la co-rédaction du rapport de la fouille de Paragan qui représente par ailleurs une source importante d’informations pour sa thèse de doctorat. Elle est également intervenue dans le cadre d’un projet interministériel mené conjointement par le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et le ministère de la Culture et de la Communication pour la publication d’un vocabulaire thématique sur le littoral, selon les principes définis dans les publications de l’inventaire général du patrimoine culturel.
Hélène Botcazou est aussi membre de l’association Arkaeos qui œuvre pour le développement de l’archéologie sous-marine et subaquatique. Dans ce cadre, mais également depuis le début de sa formation d’archéologue sous-marin, elle participe à des projets de recherche et de valorisation du patrimoine maritime en étroite collaboration avec le Drassm/MCC et d’autres institutions publiques (CNRS, musées).