Ipso Facto | Mourad El Amouri
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
16125
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16125,page-child,parent-pageid-15922,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Mourad El Amouri

collectif-mourad-el-amouri-bio
> Associé co-fondateur et co-gérant d’Ipso Facto
> Responsable du pôle Archéologie
> Archéologue
> Plongeur Pro Classe II B

Titulaire d’un DEA en archéologie obtenu en 2001 (Université Louis Lumière Lyon II), Mourad El Amouri a fait partie de l’équipe permanente du Centre d’Étude Alexandrine (CEAlex, UMS 1812 du CNRS, Alexandrie, Égypte) de 1998 à 2005. Il y a notamment dirigé onze campagnes de fouilles sous-marines sur les éléments architecturaux du phare d’Alexandrie en tant qu’archéologue responsable d’opération.

Il a également dirigé en 2002, pour le compte de l’Unesco, une mission d’expertise archéologique du site dit du port égyptien de Tyr dans le cadre du projet d’étude géomorphologique et archéologique du littoral libanais.
Toutefois, c’est en Tunisie, sa terre natale, qu’il contribue, dès  1996, en tant qu’étudiant, à plusieurs chantiers archéologiques sous-marins. Il participe ainsi aux opérations réalisées par l’Institut National du Patrimoine à Kerkennah, Zembra, l’épave de Mahdia ou encore sur le banc Esquerquis.
Installé en France depuis 2005, il a participé à plusieurs opérations d’archéologie préventive terrestre, tout en poursuivant ses travaux archéologiques au Proche-Orient en tant que membre de la Mission Française des fouilles de Taposiris Magna en Égypte depuis 2003 (MOM, Université Lyon II) et de la Mission Française de Syrie du Nord jusqu’en 2010 (MOM, Université de Lyon II).
En 2011, il devient gérant de la société Ipso Facto pour laquelle il est responsable du pôle Archéologie. Cette même année, il contribue à remporter l’appel d’offre pour la fouille subaquatique et le relevage du chaland Arles-Rhône 3 dont il assure la codirection.
Dans ce cadre, il collabore aussi aux travaux d’évaluation archéologique sous-marine menés sur l’emprise des parcs éoliens offshore en Manche en assumant la direction de l’équipe de soutien opérationnel du Drassm en 2014 et en dirigeant les opérations réalisées par Ipso Facto et l’Adramar en 2015.
Aujourd’hui, il est impliqué dans plusieurs programmes de recherche programmée en archéologie sous-marine, notamment à Fos-sur-mer (Digue de la Marronède et anse Saint-Gervais) où il codirige les opérations de prospection et de fouille depuis 2012.
Depuis 2013, il est aussi en charge de l’unité d’enseignement « théorie de la pratique » pour les étudiants en Master 1 de l’université Aix-Marseille dans le cadre du Master of Maritime and Coastal Archaeology (MoMarch – Amidex – AMU). Il codirige par ailleurs l’ensemble des chantiers écoles proposés  aux étudiants de M1 et de M2 du MoMarch.
Ces différentes expériences archéologiques en milieux sous-marins, subaquatiques et terrestres, lui ont permis de développer des problématiques de recherche liées à l’étude des vestiges architecturaux, littoraux, portuaires ou encore hydrauliques. Ses travaux ont été présentés lors de colloques internationaux et dans diverses publications scientifiques et ont aussi été soutenues par plusieurs bourses d’études et de recherches, obtenues dans des instituts français à l’étranger, ou par des fondations privées.