Ipso Facto | Sandra Greck
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
16079
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16079,page-child,parent-pageid-15922,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Sandra Greck

> Associée co-fondatrice d’Ipso Facto
> Archéologue
> Spécialiste en xylologie
> Plongeur professionnel Classe II B

Titulaire d’un DEA en environnement et archéologie (Université Paris I) et d’un DU de xylologie fondamentale (Université Paris VI), Sandra Greck est plongeuse professionnelle. Elle s’intéresse, depuis sa formation universitaire, aux gisements archéologiques en contextes immergés, favorables à la conservation des vestiges organiques.

Elle participe depuis près de vingt ans à la recherche archéologique, au développement et à la valorisation des connaissances sur le patrimoine culturel maritime et nautique. Formée à la dendroarchéologie et aux techniques d’analyse du bois, elle étudie principalement des épaves et des aménagements portuaires d’époque romaine ainsi que des vestiges d’habitats de l’Âge du bronze.
Son expérience de terrain se définit par la direction ou l’assistance d’opérations de recherche archéologique programmée ou préventive en contextes immergés et terrestres sur des sites diversifiés : habitats protohistoriques et antiques en contextes urbain, rural, lacustre ou lagunaire ; épaves, structures et dépotoirs portuaires maritimes et fluviaux, antiques, médiévales et modernes ; épaves contemporaines.
Son expérience et sa formation d’archéologue environnementaliste la conduisent à prendre en charge la stratégie d’échantillonnage archéométrique et paléoenvironnemental sur de nombreuses opérations.
En contexte terrestre, elle a essentiellement participé à des opérations préventives, en assumant notamment les fonctions d’adjointe de direction sur une opération de fouille menée par le service du patrimoine de Fréjus en 2007.
En contexte immergé, elle a travaillé principalement sur des structures d’architecture navale maritime et fluviale et d’habitat protohistorique lacustre et lagunaire. Depuis 2006, elle mène en codirection des recherches dans le Rhône à Arles.
En tant qu’associée salariée d’Ipso Facto, elle a contribué en 2011 à remporter l’appel d’offre du Conseil Général des Bouches-du-Rhône pour la fouille et le relevage du chaland gallo-romain Arles-Rhône 3, pour laquelle elle était co-responsable scientifique.
Depuis 2014, elle fait partie des cadres formateurs des étudiants du MoMarch (Master of Maritime and Coastal Archaeology, Aix-Marseille-Université) sur les chantiers écoles d’archéologie sous-marine où elle encadre notamment la pratique de la dendroarchéologie.
Ses problématiques de recherche se rapportent à l’histoire des techniques et des pratiques culturelles liées à l’usage du bois au sein des sociétés protohistoriques et historiques méditerranéennes. Elle conduit ses travaux d’étude sur le mobilier archéologique en bois depuis la phase de terrain jusqu’à l’analyse des données en laboratoire, selon une chaine opératoire mise en œuvre par exemple pour les structures d’aménagement portuaire du Golfe de Fos et pour les structures d’architecture navale du chaland Arles-Rhône 3.
Ses activités s’inscrivent dans plusieurs programmes de recherche et l’amènent à communiquer et à publier ses travaux. Elle exerce son activité de xylologue à l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie marine et continentale (UMR 6372) dans le cadre d’une convention de partenariat établie entre Ipso Facto et Aix-Marseille-Université. Elle est aussi chercheur associée au Centre Camille Jullian d’Aix-en-Provence (UMR 7299) et au Laboratoire d’Archéologie des Sociétés Méditerranéennes de Lattes (UMR 5140).
Sandra Greck est aussi présidente de l’association Arkaeos qui œuvre pour le développement et la valorisation de l’archéologie sous-marine et subaquatique. Dans ce cadre, et depuis le début de sa formation d’archéologue, elle participe à des projets de recherche et de valorisation du patrimoine maritime et nautique en étroite collaboration avec le Drassm/MCC et d’autres institutions publiques (CNRS, musées).