Ipso Facto | Thèses CIFRE
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
18087
page-template-default,page,page-id-18087,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-9.4,qode-theme-ver-13.3,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Thèses CIFRE

Le dispositif CIFRE à IPSO FACTO

Le dispositif CIFRE permet aux entreprises de bénéficier d’une aide financière pour recruter de jeunes doctorants dont les projets de recherche, menés en liaison avec un laboratoire extérieur, conduiront à la soutenance d’une thèse.

Ipso Facto accueille deux doctorantes en thèse CIFRE, l’une depuis 2017, Hélène Botcazou, l’autre depuis 2019, Yajaira Vargas-Velasquez.

> HELENE BOTCAZOU (2017-2020)

Hélène Botcazou, diplômée d’un Master of Maritime and Coastal Archaeology (MoMArch), est employée à temps plein à Ipso Facto depuis janvier 2017 en tant qu’archéologue doctorante dans le cadre d’une thèse CIFRE. Cette thèse se fait en partenariat avec le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M-CNRS-UMR7298, directeur Nicolas Faucherre) et le Laboratoire de Mediévistique Occidentale de Paris (Lamop, CNRS-UMR8589, directeur Eric Rieth, Musée National de la Marine).

Son doctorat porte sur le thème de l’architecture navale des bateaux de cabotage du littoral corse : « Voiliers de cabotage autour de la Corse entre le XVIe et le XXe siècle : essai de généalogie comparative des traditions de construction navale ». Ses problématiques de recherche se rapportent à l’histoire des techniques et à la culture matérielle liées à la navigation au sein des sociétés médiévales et modernes de la Méditerranée. Son mémoire de master sur l’étude architecturale et fonctionnelle du « mourre de pouarc », un bateau de pêche côtière utilisé entre le XVIIIe et le XXe siècles sur les côtes de Provence et du Languedoc, l’a amenée à travailler sur l’ethnohistoire navale par le biais de sources variées (archivistiques, iconographiques, ethnographiques, archéologiques).

Depuis son arrivée au sein d’Ipso Facto, elle fait partie de l’équipe de recherche encadrant le MoMArch sur les campagnes de fouille sous-marine programmée de l’épave de Paragan (Bonifacio, Corse) dirigée par F. Cibecchini (DRASSM). En 2018, elle a participé à la mission d’évaluation archéologique sous-marine préventive de Dieppe – Le Tréport (Ipso Facto/Adramar) et à la fouille de l’épave Sanguinaires C (Corse) dirigée par M. Sadania (DRASSM) et H. Alfonsi (ARASM). En 2019, elle était responsable de l’étude d’architecture navale sur la fouille de l’Anémone en Guadeloupe dirigée par J.-S. Guibert (AIHP-GEODE EA 929), maître de Conférence à l’Université des Antilles, en collaboration avec l’association AAPA (Association Archéologique des Petites Antilles). Elle enseigne également à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture (ENSA) de Nantes sur le thème de l’architecture navale depuis 2018.

Elle soutiendra sa thèse au cours de l’année 2020.

> YAJAIRA VARGAS-VELASQUEZ (2019-2021)

Yajaira Vargas Velasquez est titulaire d’un diplôme d’Anthropologie (Université Centrale du Vénézuéla, Caracas, Vénézuela) et du Master Of Maritime and Coastal Archéologie- MoMArch (Amid*ex, Aix-Marseille Université, France). Plongeuse professionnelle Classe IB, elle a participé à des opérations de recherche archéologique programmée en contextes terrestres et immergés sur différents sites, en France, en Grèce et au Venezuela : structures et dépotoirs portuaires maritimes antiques, grottes immergées, station palafittiques, cimetières amérindiens, épaves maritimes modernes, fouilles terrestres urbaines.

Sa thèse est réalisée dans le cadre d’une convention CIFRE entre le laboratoire TEMOS (Temps, Monde, Société, dir. Yves DENECHERE, Université Bretagne Sud), Ipso Facto (SARL Coop), Arkaeos et le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM – MMC). Son projet de doctorat sous la codirection de S. Llinares (TEMOS) et M. L’Hour (DRASSM) est centré sur le thème des naufrages et récupération des cargaisons à l’époque moderne dans la mer des Caraïbes. Une étude de cas portant sur les naufrages des navires bretons. Ses problématiques de recherche se rapportent à l’histoire des techniques et à la culture matérielle liées à la navigation au sein des sociétés modernes à l’échelle transatlantique.

En juin 2019, elle a participé à l’opération « La Cordelière et le Régent » coordonnée par Michel L’Hour et Olivia Hulot, dans le goulet de Brest (DRASSM). En septembre 2019, elle a participé aux prospections géophysiques et archéologiques réalisées par l’Adramar dans la Baie de Saint-Briac-sur-mer (Manche) afin de retrouver un navire marchand naufragé en 1645. L’opération a été menée sous la responsabilité d’Anne Hoyau-Berry (Adramar).