Ipso Facto | Delphine Remeau
Ipso Facto - Bureau d’étude et de recherche en océanographie et en archéologie subaquatique et sous-marine. 10, rue Guy Fabre 13001 Marseille E-mail : contact@ipsofacto.coop Tél. +33 (0)4 88 64 48 79
Ipso Facto, océanographie, archéologie subaquatique et sous-marine, technologie 3D, restauration, conservation, marseille, étude, recherche
16145
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16145,page-child,parent-pageid-15922,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-9.4,qode-theme-ver-13.3,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive
 

Delphine Remeau

> Archéologue
> Docteur en Archéologie
> Spécialiste des marbres colorés

Titulaire d’un Doctorat en Archéologie (Université Montpellier III), Delphine Remeau est archéologue spécialisée dans la période antique. Elle s’intéresse aux marbres colorés, leur provenance et leur emploi au cours de l’époque romaine.

Tout d’abord spécialisée en archéologie du Proche-Orient Ancien, elle a approfondi sa formation dans le domaine lithique pour se spécialiser ensuite sur l’étude des marbres colorés à l’époque romaine. Au cours de son doctorat, elle a eu l’occasion d’analyser ceux découverts à Arles (Bouches-du-Rhône) en contexte terrestre et subaquatique mais aussi à Lyon (Service Archéologique Municipal de la Ville de Lyon) et à Pompéi (Temple de la Fortune, Italie ; Université de Lille).
Depuis 2004, elle participe à des chantiers de fouilles archéologiques terrestres en tant que technicienne sur des sites d’époque néolithique, de l’âge du bronze mésopotamien et d’époque romaine ainsi qu’en tant que spécialiste des marbres sur des sites romains. Elle a voyagé en Belgique, en Italie et en France pour se former auprès d’autres spécialistes (géologues et archéologues) ainsi que pour observer des lithothèques et des carrières. Grâce à une bourse de l’École Française de Rome, en 2012, elle a pu étudier les nombreux marbres colorés conservés in situ ou en musée à Rome, Ostie et Tivoli (Italie).
Depuis son Master professionnel en archéologie de l’objet, du bâti et du site (Université Lyon II), elle s’est formée à la prise en charge du mobilier archéologique. Elle a notamment suivi la formation Archéobios (UMR 7264 CEPAM, Nice) sur les archives biologiques et les biomatériaux en contexte archéologique, a participé à l’inventaire du Musée archéologique intercommunal d’Istres (Bouches-du-Rhône) et a également travaillé, en 2011, avec Ipso Facto sur le chantier de l’épave Arles-Rhône 3 en prenant en charge le mobilier archéologique de sa sortie des eaux jusqu’au relais pris par le Musée départemental Arles antique et les partenaires. Suite à l’obtention de son doctorat, elle a intégré la SCOP Ipso Facto en 2017.
Ses problématiques de recherche se rapportent à l’histoire des techniques et des pratiques culturelles liées à l’usage des marbres colorés au sein des sociétés protohistoriques et historiques méditerranéennes. L’étude de ce matériel permet de déterminer la provenance de la matière première et son cheminement pour mieux comprendre les modes d’approvisionnement de ce précieux matériau en Gaule à l’époque romaine. L’analyse permet également d’aborder son emploi dans l’architecture pour l’embellissement et le prestige des monuments publics et des riches domus.